Titre

Contrepèteries, l'édito clément

Il faut être bien ballot pour tomber sur ce genre de site! Mais, puisque vous y voila sans penser, ou presque, ne boudez pas. Ne boudez pas ! Ce plaisir tremblant vous enjoint de percuter les monts, de dévider les mots quand tant de verbes sont en joie.

De l'antistrophe à la permutation

D’entrée de propos, convoquons les classiques sans trop prendre de gants. Lors même qu’il aurait lu Perceau, l'amateur soucieux de décaler les sons dans le respect de ces Beaux-arts, ce plaisir des dieux, trouvera ici quelques joyeuses devinettes de nature à froisser les oreilles de quelques académiciens, la pudeur de quelques comtesses, mais point de celle qui tient Album en Canard Enchainé (Ah, fêter cette belle comtesse joyeusement.)

L'aimable lecteur joue avec son QI

Rien de difficile, au demeurant dans ces jeux de lettres à permuter, ces jeux de mots à bousculer, ces syllabes à chambarder, ses phonèmes à chambouler pour mieux générer la verve ! Il suffit, sans fêler ses idées, d’une bonne permutation pour avoir résolu le contrepet. Les techniques historiques, loin de toute éréthisme, sont toutes efficaces : permuter, inverser, intervertir pour mieux divertir ; par exemples, inversion de voyelles, comme dans le ci-avant « historique/hystérique » interversion de consonnes ou déplacement, comme dans le ci-dessus « classique/cacique ». Rabelais, déjà, aimait à renverser — outre les servantes — consonnes, syllabes, sens et contresens, non sens qui faisaient sens dès avant Freud.

Ne pas attendre la recette pour quelques trucs savoureux

Quand l'inspiration l'a permis, le jeu de mots mêle deux tabous. Pour autant, ne point débouler sur le tas. Parfois, la difficulté propre au contrepet se double d'un calembour. Si l'on sait que « La mandoline était cassée » que peut-on dire de la nationalité de l'amant d'Aline ? L'on sera en outre attentif à placer par soi-même, pour mieux donner sens à la réponse, virgules et points d'exclamation, lesquels n'apparaissent pas toujours dans l’énoncé.
L'aimable contrepétiste s’exclamera t’il alors : « l'ai-je bien trouvé ? », inspiré par le monologue des sages, hein ?
En effet, résoudre les contrepèteries, ces romantiques de la phonétique, résulte d'un monologue intime, un travail porté à son zénith ; ce job zénithal produit le plaisir et le rire. Il y faut de la patience, il y faut rendre le lapsus sans arbitraire, prendre — non le mot au pied de la lettre — mais la lettre à contrepied, tant qu'à la fin le contrepied échêt.

Les mignons déshonnêtes exposent leurs trucs

Ces pages comportent du recyclage et proposent beaucoup d'originales. Ainsi, ce n'est pas le tout de mon cru (Le Tout de mon Cru, Jacques Antel, Jean-Jacques Pauvert Ed., 1975) ni même une bible qui compte (Joël Martin, La Bible du contrepet, Une bible qui compte pour décaler les sons, R. Laffont, 2003 - Joël Martin à qui ces pages doivent tant.), moins encore un traité de l’Art du contrepet ( Luc Étienne Périn, 1957).
Une remarque encore : il faut méconnaître les codes pour ne pas apprécier les menus proposés, avec leurs choix, par la colonne ci-contre. Pour le zèle appliqué à ce job on le récompensera, ce job, de quelques petits bisous.


Cette page comporte 29 contrepets dont les solutions sont à portée de clic.